Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Suite de nos interviews avec Olivier, fondateur du blog Je suis Papa. Olivier nous livre ses secrets sur son quotidien de père de famille avec de nombreuses astuces, en toute simplicité et avec beaucoup d’humour. Un blog à ne surtout pas manquer !


1. Hello Olivier, pouvez-vous nous en dire plus sur vous et Je suis Papa ? Votre projet est-il lié à un heureux événement ?

Ancien journaliste, consultant en communication éditoriale et formateur, je cherchais depuis longtemps un sujet sur lequel écrire librement, en m’affranchissant des contraintes professionnelles autres que celles que je souhaitais m’imposer. A la naissance de ma fille il y a 4 ans, le sujet m’est littéralement tombé dans les bras. Et la source d’inspiration semble depuis inépuisable…

2. Qu’est-ce qui caractérise pour vous le papa moderne ? Cette image est-elle amenée à évoluer au fil de vos publications ?

J’ai écris plusieurs articles sur les papas modernes. Pour moi, c’est un homme qui sait revendiquer son statut de père,s’impliquer dans l’éducation de ses mômes au quotidien, et vivre sa parentalité de manière décomplexée, sans pour autant renoncer à ses autres aspirations personnelles.

3. Quelles sont vos habitudes éditoriales ? (comment écrivez-vous, qui vous relit etc… ?)

Je cherche les sujets dans mon quotidien, je puise notamment mon inspiration dans les moments passés avec ma fille, dans mes échanges avec mes amis, dans mes rencontres avec d’autres parents, dans les lectures qui m’interpellent… Et dès qu’une idée apparaît, je la note sur un post-it que je range précieusement dans ma poche, en attendant qu’elle mûrisse. J’ai la chance d’organiser mon emploi du temps quotidien comme je l’entends, donc j’écris quand j’en ressens l’envie. Problème : personne ne me relit. Raison pour laquelle des coquilles subsistent :).

4. Quels ont été les moments sympas et ceux un peu plus dur dans le développement de votre blog ?

Je vis des moments sympas tous les jours. De mon récent déjeuner avec Laurence Rossignol, la Secrétaire d’Etat à la famille, aux voyages réalisés en passant par les différents projets qui découlent du blog (vidéo, livres, participation à des conférences, collaborations diverses…), et les rencontres. Mais le vrai moment de bonheur, c’est lorsque je reçois des mails de parents, qui me racontent pourquoi le blog les a touchés, me parlent de leur bonheur et de leurs difficultés, presque comme si on se connaissait. Ces témoignages sont très précieux à mes yeux. Quand aux mauvais moments, on les oublie tellement vite que je ne m’en souviens déjà plus…

5. Quelles relations entretenez-vous avec votre audience ? Pensez-vous avoir un rôle de conseil à travers les situations que vous décrivez et les bons plans ?

Je n’aime pas trop l’idée de “conseil”, même si je fais parfois usage du mot. Je n’ai pas vocation à me substituer à des professionnels formés pour ça. Le blog a plutôt pour objectif de réunir parents et futurs parents pour échanger sur nos expériences respectives, partager des astuces et surtout faire rire, en montrant que la dérision est le meilleur des remèdes pour lutter contre la culpabilité dont souffrent de plus en plus de jeunes parents.

6. Quelles utilisations faites-vous des réseaux sociaux ? Est-ce qu’ils vous aident pour développer le blog ?

Les réseaux sociaux constituent en effet des piliers dans l’animation de la communauté “Je suis papa” et dans l’activation de ses contenus. Ils servent autant à diffuser les messages les plus courts, qu’à lancer une conversation impromptue ou à rediriger de l’audience vers le blog. j’en fais une utilisation quotidienne et garde un œil sur eux constamment, ne serait-ce que pour modérer lorsque c’est nécessaire.

7. Quel est votre avis sur la monétisation d’un blog ? (placement produit etc…)

Il existe autant de façon de bloguer qu’il existe de blogueurs. Certains monétisent leurs blogs, d’autres non. Pour ma part, j’applique une politique stricte destinée à cadrer la présence des contenus monétisés sur le blog, sans nuire à ceux qui ne le sont pas. Mais compte tenu du temps passé à animer, développer le blog et répondre aux sollicitations diverses, je ne pourrai aujourd’hui pas continuer s’il n’était pas monétisé. Pour moi, tout est question d’équilibre, d’honnêteté et de transparence.

8. Quelle place occupent les moteurs de recherche pour vous ?

Les moteurs de recherche représentent aujourd’hui 60% du trafic du blog. Concrètement, je distingue dans mes habitudes de création de contenus deux types d’articles : ceux qui n’ont pas vocation à atteindre les premières pages de Google mais plutôt à surfer sur un engouement sur les réseaux sociaux pour être vu, comme les billets d’humeur par exemple (“14 trucs qui énervent passablement nos enfants”, par exemple). Et à l’inverse, ceux qui vivront plutôt grâce aux moteurs de recherche qu’aux réseaux sociaux, en répondant aux requêtes des parents (“10 conseils de bon sens pour réussir votre allaitement”, par exemple). Du coup, j’écris chaque article en fonction de la manière dont je vais l’activer.

9. Un petit mot pour Upfluence ?

Si de nombreuses marques ont compris les opportunités offertes par les médias sociaux, toutes ne maîtrisent pas encore les spécificités d’une communication social media. En étant force de proposition et en faisant oeuvre de pédagogie, Upfluence joue parfaitement son rôle d’interface entre les marques et les influenceurs. Les collaborations avec l’agence sont transparentes et fluides. Un vrai bonheur !

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nous pouvons vous aider

Contactez-nous pour en savoir plus sur le logiciel Upfluence. Notre équipe d’experts du marketing d’influence et de contenu peut également vous aider dans votre stratégie et dans la gestion de vos campagnes.