Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Retour à nos interviews blogueurs avec cette semaine: Bernard, créateur du blog Bernieshoot.fr:

bernieshoot_linkedIn_tower

1- Bonjour Bernard, pour commencer pouvez-vous vous présenter et nous présenter Bernieshoot ?

Bonjour, sur la blogosphère je suis surtout connu sous le pseudo Bernie dont l’origine a une explication très simple. Dans ma carrière, j’ai eu l’occasion de me rendre très souvent à l’étranger et notamment dans des pays anglophones. Le prénom « Bernard » étant relativement difficile à prononcer en anglais, je suis rapidement devenu « Bernie ».

Je réponds donc au deux prénoms « Bernard » et « Bernie » et dans la vraie vie je suis un jeune retraité de l’aviation civile et blogueur par plaisir et passion.

Le passage de  Bernie à Bernieshoot est devenu naturel lorsque j’ai choisi un nom de domaine, une de mes passions étant la photographie.

2- Quelles sont vos habitudes éditoriales ?

Je publie un ou plusieurs articles par jour suivant l’actualité qui a retenu mon attention. Je me fais relire lorsque c’est possible et j’utilise également des logiciels pour limiter les fautes, mais il reste parfois des coquilles. Comme déjà mentionné je suis un photographe éclairé et mes articles sont illustrés avec mes propres photos dans 95 % des cas. Si une photo n’est pas de moi, je le précise, il est essentiel de respecter le travail des autres.

J’ajoute des vidéos si elles sont un vrai plus pour le sujet de l’article.

Lorsque j’ouvre des tribunes écrites par d’autres rédacteurs je le mentionne également.

En général, je prépare ma ligne de publication pour une semaine et mon premier article est toujours en ligne très tôt le matin. Je n’hésite pas à la modifier si c’est nécessaire.

Mon blog ayant sept ans il m’arrive de rééditer des anciens articles pour apporter des compléments mais sans modifier la date initiale de publication. L’objectif de ces rééditions étant d’apporter de la cohérence au contenu du blog.

3- Quels ont été les moments importants dans le développement du blog ?

Tout d’abord le moment le plus important est sans doute sa création en juillet 2009. Le choix d’utiliser une plateforme, Overblog pour ne pas la citer, car ce qui m’intéresse c’est le contenu et le contenant. Cela a des avantages et des inconvénients  mais après presque sept années d’existence je suis toujours satisfait de ce choix.

Le deuxième moment a été en octobre 2014 de choisir un nom de domaine (« bernieshoot »). C’est une étape capitale pour la visibilité du blog et je regrette de ne pas l’avoir fait beaucoup plus tôt. La prise de risque a été importante car cette étape a remis beaucoup de compteurs à zéro, mais comme j’aime les challenges  ça a été un nouveau défi à relever.

Le troisième temps fort a été l’ouverture de tribune à d’autres auteurs, c’est une véritable richesse pour mes lecteurs.

4- A qui vous adressez-vous quand vous écrivez ? Avez-vous une audience cible ?

Au plus grand nombre !

Je me suis rendu compte que certains sujets qui me paraissaient évident de part mon passé professionnel ne l’étaient pas pour une grande partie de mon audience. Je pense par exemple à des articles sur « comment gérer sa messagerie » « comment utiliser twitter » et donc mon public cible va être un public qui a envie d’apprendre, de comprendre et de découvrir.

Mes chroniques littéraires ont une très bonne audience et j’ai très souvent des retours via le formulaire de contact de personnes qui me remercient car elles ont lu le livre et l’ont adoré.

Mon public est donc à la fois jeune ou âgé, féminin ou masculin, mais publiant essentiellement en français il est naturellement à 99 % francophone.

5- Vos articles reçoivent beaucoup de commentaires, quelles relations entretenez-vous avec votre audience ?

Au début j’attachais une grande importance aux commentaires et ce n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, par volonté de liberté je ne modère pas les commentaires. Je supprime exclusivement les propos racistes, sexistes ou xénophobes.

L’envers de la médaille est de tomber sur un commentaire du type « je passe te dire bonjour » alors que le sujet est l’abstention aux élections.

Je vais sans doute devoir évoluer soit vers une modération des commentaires ou une suppression de ceux-ci. Les discussions autour d’un article se faisant alors sur les réseaux sociaux.

Je préfère de loin un partage pertinent sur un réseau social plutôt qu’un commentaire bidon qui n’est là que pour signaler une visite.

Les échanges avec mon audience se font beaucoup par mail et via les réseaux sociaux.

6- Comment utilisez-vous les réseaux sociaux ?

Je suis présent et actif sur les principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Pinterest, LinkedIn, Instagram pour ne citer que les principaux). Je les utilise bien sûr pour partager mes articles mais aussi pour partager toutes les informations ou articles d’autres blogueurs qui ont du sens et qui vont apporter des informations à mes followers.

Twitter me paraît de loin le plus puissant mais aussi le plus complexe à apprivoiser car il faut délivrer un message efficace avec un nombre limité de caractères.

Ensuite chaque réseau a ses particularités (par exemple pour les hashtags) et il faut en tenir compte. Le choix des horaires de publication est aussi une des clés pour atteindre son audience.

 7- Quel est votre avis sur la monétisation des blogs ?

Tout va dépendre de ce que chacun met derrière « monétisation », l’objectif est-il de vivre du blog, de s’assurer un complément de revenu ou simplement de l’argent de poche ?

Il ne faut pas rêver « vivre de son blog » est réservé à quelques uns, un peu comme les gagnants à l’Euro million.

Ensuite le rapport à l’argent est toujours délicat en France, personnellement je considère que tout travail mérite salaire et que pratiquer du « low cost » est un très mauvais choix de vie.

Si on veut monétiser un article il ne faut pas perdre de vue que la raison première d’écrire est la passion. Je suis incapable d’écrire sur un sujet qui ne me passionne pas et d’ailleurs en tant que lecteur je détecte très vite les articles écrits uniquement dans un objectif financier. Je trouve d’ailleurs l’annonceur parfois un peu léger dans son choix des blogs, et je suis dubitatif quant aux retombées.

Concernant les tarifs, le travail du rédacteur comprend le temps d’écriture d’un contenu structuré, sans faute d’orthographe, avec un style correct et une adéquation avec les critères SEO. La médiatisation de l’article est aussi une étape importante pour la visibilité et elle peut être chronophage. J’estime que le temps de travail, entre la réception d’un sujet et l’article prêt à être publié, est d’environ 6 heures. A chacun de fixer son tarif horaire, pour ma part passion et liberté de plume passe avant tout.

8- Un petit mot pour Upfluence ?

Ce que j’apprécie chez Upfluence c’est la démarche de postuler pour écrire un article sponsorisé. Si les propositions ne vous tentent pas, il suffit de ne pas postuler et cela me convient pour être en accord avec moi-même. Parfois j’écrirais bien sur un sujet mais les annonceurs sont trop souvent étriqués dans des blogs cibles.

Le processus de validation d’un article via la plateforme  a une connotation professionnelle qui me paraît essentielle et qui garantit une qualité des articles produits.

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nous pouvons vous aider

Contactez-nous pour en savoir plus sur le logiciel Upfluence. Notre équipe d’experts du marketing d’influence et de contenu peut également vous aider dans votre stratégie et dans la gestion de vos campagnes.