Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter le blog beauté Miss Petits Produits. Fondatrice du blog, Corinne nous dévoile ses secrets et son quotidien.

banner_misspetitsproduits_final-1

1. Bonjour Corinne, pour commencer pouvez-vous vous présenter et nous présenter votre blog beauté Miss Petits Produits ?

Je me prénomme Corinne, je suis une maman belge de 36 ans et passionnée par la vie. Je suis également hypersensible, un trait de personnalité que je crie haut et fort depuis quelques mois afin de permettre aux non hypersensibles de mieux nous connaître. Je suis dans les métiers du web depuis 2002, et plus particulièrement Stratège Digital. Un métier complexe et passionnant.

Mon blog principal, Miss Petits Produits fête bientôt ses 6 ans sur la toile. Après avoir changé de nom il y a quelques mois pour mieux cadrer avec le cheminement fait depuis 6 ans. Il s’agit d’un blog dédié à la beauté au naturel qui, au fur et à mesure des années, s’est enrichi d’autres thématiques qui m’ont été demandées. Comme par exemple les portraits de blogueurs et les articles axés blogging. Cette demande a donné naissance à un autre blog dédié aux portraits de blogueurs francophones ( www.blogueurs-francophones.com).

Je parle néanmoins à 80% de sujets liés à la beauté et au bien-être. Je possède également un troisième blog axé sur l’hypersensibilité, Sentio Mundi.com, qui raconte la vie, vue au travers de mes yeux d’hypersensible. Il s’agit d’un bébé blog qui a vu le jour en 2016.

2. Quelles sont vos habitudes éditoriales ? (J’écris, je fais écrire, un proche me relit, je prends moi-même les photos de mon blog, je poste bcp de vidéos etc.…)

J’écris moi-même tous mes articles car je désire garder le contrôle sur les sujets que j’aborde et je tiens à ce que ce blog reste « mon blog ». J’aime énormément écrire, les mots affluent sans que je n’aie besoin de réfléchir. C’est un don que j’apprécie.

Je me fais régulièrement relire par des amies, quelques fois des lectrices me signalent des petites coquilles laissées par mégarde. L’aspect entraide et communautaire est bien présent.  Je prends moi-même les photos qui sont publiées sur mon blog et je tente de faire au mieux car je n’ai pas le talent que certaines collègues ont en matière de présentation et retouche photo.  Je ne propose pas encore de vidéos car le côté montage vidéo prend du temps et je n’y suis pas formée. Ma peur du jugement me bloque également, au vu des épisodes de haine vécus par certaines Youtubeuses en 2015.

Mais c’est un de mes objectifs de l’année, donner une dimension plus vivante à MissPetitsProduits. Je poste en moyenne un article par semaine car je viens de mettre sur pied un troisième blog autour de l’hypersensibilité, comme je vous en parlais plus haut. Mais lorsque j’ai envie de m’exprimer, j’écris volontiers et sur le moment un article supplémentaire. Je n’ai par contre pas établi de planning, ni de calendrier car ma passion doit rester telle quelle, je ne veux pas que cela devienne trop cadré…Cela peut-être moins qualitatif pour le lecteur, qui apprécie peut-être plus de savoir que les articles sont disponibles tel et tel jour, mais jusqu’à présent, tout se passe très bien.

3. Quels ont été les moments importants dans le développement du blog ?

Un des moments importants a été sans conteste la naissance du blog. La décision de me lancer dans la jungle, de m’exprimer et de m’exposer au jugement. Le besoin de reprendre confiance en moi, de m’exprimer et de montrer que je suis une experte dans mon domaine car formée en aromathérapie, hydrolathérapie et cosmétique naturelle ont pris le dessus. Cela n’a pas toujours été facile et le parcours du blog a vécu mes périodes de fatigue, de doute puis de re-motivation.

En 2014, j’ai suivi une formation de chef de projet en marketing digital, c’est là que le blog a pris une toute autre dimension. On m’a ouvert les yeux sur mon potentiel et ma polyvalence. On m’a prouvé que je pouvais faire mieux, on m’a demandé d’entrer plus en profondeur dans mes sujets et d’assumer mes positions. Que je me devais, au vu de mon métier, de montrer l’experte que je suis. J’ai donc commencé à bosser tout le côté technique du blog : optimiser les anciens articles, les retravailler. Bosser le design pour le rendre plus moderne et épuré. J’ai travaillé également le côté promotion sur les réseaux sociaux. J’ai accepté de participer à des events pour bloggeurs. Bref, j’ai enfin décidé d’arrêter de me cacher. Cela a été comme une deuxième naissance, de mon blog mais aussi de ma personne. Ce blog m’apporte beaucoup depuis 6 ans.

En 2015 j’ai vécu une période assez difficile car j’ai pris des positionnements forts à l’encontre du cosmétique dit chimique et traditionnel, j’y ai dénoncé les mensonges et manipulations des lobbys cosmétiques. J’ai assumé, je me suis faite blacklister et menacer par quelques agences gérant de grandes marques, mais j’ai été aussi fortement soutenue par le monde du blogging beauté et au final, j’ai permis à des femmes d’oser se positionner. Ce que certaines ont fait. C’est en soi une victoire, car en créant des cellules qui s’informent, on fera avancer l’industrie, petit à petit.

4. A qui vous adressez-vous quand vous écrivez ? Ciblez-vous une audience en particulier ?

Je ne cible pas d’audience en particulier. J’écris pour qui aura envie de me lire. C’est disponible sur le web, et je suis ravie que n’importe qui puisse avoir accès à mes articles.

Je pense qu’à force de cadenasser les gens dans des cases, on finit par perdre toute la magie de la vie. J’écris pour les personnes qui aiment la beauté au naturel, j’écris pour les personnes qui sont dans une démarche de consommation responsable. On me critique souvent sur ce choix de ne pas ultra cibler dans le milieu du marketing digital mais….je tiens à rester qui je suis…. J’écris aussi pour dénoncer les dangers du monde cosmétique traditionnel. Avec mes prises de position, j’ai attiré un tout nouveau lectorat, très actif et fidèle, cela me rend heureuse.   

5. Vos articles reçoivent beaucoup de commentaires, quelles relations entretenez-vous avec votre audience ? Avez-vous un rôle de conseil lorsque vous testez des articles de beauté ?

J’entretiens une relation proche avec mes lecteurs. Je pars du principe qu’ils prennent le temps de me lire et de déposer un avis sur le blog. La moindre des choses est de leur montrer que je leur en suis reconnaissante. Que je les respecte. Je prends le temps de leur montrer que je suis ravie de les voir commenter, que sans eux ce blog n’a pas lieu d’être.

Je suis, comme elles me le disent souvent, leur premier filtre dans un monde où l’on trouve des milliers de références de produits. Je peux les conseiller sur des soins qui correspondent à leur éthique de vie, leurs attentes au niveau du rendu, du budget qu’elles peuvent octroyer. Des textures et des compositions, leur type de peau. Où si elles sont allergiques. Été j’aime ce rôle de conseillère auquel je me prête volontiers. Je rencontre virtuellement de très belle personnes. Mes lectrices me font également découvrir des marques, je trouve ça génial !

6. Comment utilisez-vous les réseaux sociaux ? Avez-vous une préférence ?

J’utilise les réseaux sociaux en permanence. J’avoue être une femme ultra-connectée. Que ce soit au niveau privé ou professionnel. J’aime avoir des contacts, apprendre, découvrir, papoter. L’interaction c’est mon truc !

J’ai une préférence pour Facebook et Instagram. Je poste tous les jours plusieurs fois sur ces deux réseaux, je demande des avis, je propose des informations du domaine, je montre des produits nouveaux venus d’ailleurs. Je tente d’interpeller et de susciter des réactions. Twitter est chronophage, c’est un réseau plus pro et plus éphémère, beaucoup plus cadré. Que j’utilise également, mais à moindre mesure.

7. Quel est votre avis sur la monétisation des blogs ?

La monétisation des blogs, je pourrais en parler pendant des heures ! C’est à double tranchant. C’est un domaine dans lequel il faut pouvoir se fixer un objectif mais également trouver un équilibre. 

Beaucoup de blogueurs sont décriés pour oser avoir envie de monétiser leur blog. Il faut se rendre compte que tenir un blog représente des heures de travail : recherche documentaire, écriture des articles, prises de photos et retouches, promotion sur différents réseaux, gérer notre communauté. Les frais de déplacement pour se rendre à des events qui sont quelques fois à 250 kilomètres. Il est je pense normal, à un moment, de vouloir être rémunéré pour ce travail.

De mon côté j’accepte quelques articles rémunérés pour pouvoir par exemple acheter un nouveau thème ou faire optimiser techniquement mon blog. Payer les frais d’hébergement. Payer une jolie bannière faite par une graphiste sympathique. M’acheter un meilleur appareil photo. Ou tout simplement pour pouvoir payer des produits à présenter sur le blog, nous ne sommes pas toutes des princesses riches vivant dans un beau château où les euros coulent à flot ☺.

Par contre, il faut aussi respecter ses lecteurs et ne pas tomber dans la monétisation permanente. Accepter toutes les demandes, se faire payer sans tester de produit. On entre alors dans le cercle vicieux de la vitrine commerciale virtuelle, chose que je ne veux pas devenir. Je veux rester intègre. Je ne présente que ce qui ne semble avoir une plus value pour mes lecteurs. J’ai trouvé un équilibre qui me convient.

8. Un petit mot pour Upfluence ?

J’aimerais remercier Upfluence de me permettre de parler de mon blog, de mes attentes et de ma vie de blogueuse. J’aimerais aussi remercier Upfluence de proposer un service de qualité avec un contact humain, toujours dans le respect. C’est une plateforme que je conseille et qui je l’espère me permettra de découvrir encore pendant de nombreuses années des nouveautés !

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nous pouvons vous aider

Contactez-nous pour en savoir plus sur le logiciel Upfluence. Notre équipe d’experts du marketing d’influence et de contenu peut également vous aider dans votre stratégie et dans la gestion de vos campagnes.